Chronique d'une pandémie...

Mis à jour : 25 oct. 2020


"Une larme est la goutte d'eau qui fait déborder l'âme"


Frédéric Dard "les pensées de San Antonio" 1996




Hier soir, j’ai pleuré... j’ai pleuré car je rêvais d'un autre monde...

Je regarde sur mon mur... là, dans l'entrée... à gauche... je vois ce calendrier géant que j’ai fait fabriquer l’année dernière pour tous ceux que j’aime... pour Noël... Une manière de leur dire que je les aime... Une manière de leur partager ces beaux moments que j’ai eu la chance de partager cette année 2019...


2019... J’ai craqué mes économies pour voyager et partager de bons moments avec ceux que j’aime... un peu dans l'urgence... comme si mon inconscient avait prévu tout ça...


J’ai fêté mes 50 ans... Une grande fête dans un bar privatisé à Montpellier... près de 50 personnes... des danseuses du Nord... des amis de Privas... de Montpellier... des élèves de l'école primaire... des amis du swing, du boulot, du sport... mes soeurs et leur famille... mes enfants et leurs amis... Toute ma première partie de vie, mon premier demi-siècle, rassemblé dans cette soirée... Une belle fête sur le thème "peace and love"... où l’insouciance... la joie et la bonne humeur étaient de mise... On ne se préoccupait pas de l’heure à laquelle on allait rentrer... On se prenait dans les bras... On dansait... On buvait dans le même verre... On pleurait d'émotion... J'ai soufflé sur l'énorme et magnifique gâteau que m'avait offert une élève... On prenait les tapas avec les doigts sans se soucier du gel hydro alcoolique... On rentrait à 2h du matin... On était heureux... On s'embrassait sans compter... On se faisait des câlins...

Règle n°1 : Passer du bon temps pour avoir de beaux souvenirs avec ceux que j’aime... Aujourd'hui... demain, il sera peut-être trop tard!

Je suis allée avec ma sœur à Santorin... Je rêvais d’y aller et je m’étais aperçue que depuis notre enfance, on n’avait jamais voyagé toutes les deux... Je lui ai offert pour son anniversaire... sur presque un coup de tête... comme si la fin du monde allait arriver...







A Noël, sur presqu’un autre coup de tête... J’ai emmené mes enfants à Venise... Je rêvais d’y aller... mais aucun prince charmant ne m'y avait jamais emmené... alors j’y ai emmené mes enfants chéris et charmants... Une semaine à traîner les pieds dans une aqua alta de plus de 50cm... à admirer des dorures... à manger des anti pastis... faire le fabuleux tour en Gondole... et jouir du réveillon de la nativité sous le pont Rialto avec des pâtes et une pizza...


Au mois d’août, nous étions allés tous les trois, nous faire ensorceler par Rome la magnifique... Une semaine magique à visiter toutes les merveilles culturelles de cette ville fabuleuse... Le Vatican et sa Chapelle Sixtine... Coloseo... Le Mont Palatin... La galerie Borgèse...La Fontaine de Trévi... le Château de Saint Ange...



Sur un autre coup de tête, mi janvier... j'ai pris un billet d’avion alors qu’on ne parlait pas ou peu du covid... seulement là-bas... au loin... dans un autre pays... la Chine... Comme le cancer, on pensait que ça n'arriverait qu’aux autres... Que ça n'était qu'un mauvais film joué à la TV... On ne s’est pas inquiété... et je suis partie... seule... en Guadeloupe... je rêvais de fonds marins... de bleu... de chaleur... de Marie Galante... de la chanson de Voulzi... et je suis partie... me réchauffer et continuer d'enregistrer de beaux souvenirs... et je suis rentrée en métropole...


Deux semaines après nous étions confinés... la grippette s’est transformée en pandémie mondiale...

C'était une dernière année de chance🍀... mais on ne savait pas à quel point... Il y aura un avant et un après covid ça c’est sûr... Nous qui sortons de la maladie de Clara... Ce putain de cancer de merde... Nous voilà de nouveau dans une situation qui nous rappelle étrangement celle de l’hôpital... de l'Institut d'Oncologie Pédiatrique... l'étage des chambres stériles... de la désinfection... des masques... Ah! ces masques... que l’on portait pour protéger nos enfants immunodéprimés... C'était tellement évident et facile.... jamais on ne se serait permis de ne pas les porter... on voulait tellement protéger ceux qu'on aime et qui étaient si fragile... on ne voulait surtout pas les voir mourir...


Pourtant, je ne sais par quel subterfuge.... ces masques qui protégeaient mon enfant de mes miasmes potentiellement dangereux et tueurs... seraient devenus dangereux en 2020?


Pourtant, je ne suis jamais tombée malade de les porter de 2014 à 2017...


Pourtant, en plus du masque, je portais la blouse, les gants, les sur-chausses, la charlotte sur la tête... tout ce qui entrait dans la chambre et la maison, dans le frigidaire, les placards etc... était désinfecté... tout... l'alimentation était protégée... interdit de manger cru ou épicé... et j'en passe...


Pourtant, le masque, on m'avait appris à le porter en quelques secondes... il ne nous a, nous parents, ni rendu malade... ni intoxiqué... ni tué! Il a protégé et protégé encore nos enfants fragiles... Ces masques protègent les plus faibles...


Pourtant, pour certains, début 2020, impossible et dangereux de les porter sans avoir fait bac +3 en école d’infirmière ou bac +10 ou 15 en médecine !


Pourtant, quelques mois plus tard, ils sont obligatoires... et peuvent même nous alléger de 3500 euros... (Etant économe, tous ces voyages pour lesquels j’ai craqué mes économies en 2019 m’ont coûté bien moins cher!!!)


Avec ce putain de cancer, j’ai appris que tout peut arriver en quelques secondes... que nos certitudes... notre insouciance... notre joie peuvent être démontés par une maladie douloureuse... longue et interminable... qui apparait soudainement.

La différence avec aujouird'hui? En 2014, nous nous sentions seuls... Quand on rentrait chez nous, après les longues journées d'hôpital... la vie autour était normale et joyeuse... Le monde continuait de tourner...


Aujourd’hui le monde s’est arrêté ou presque... De nombreuses professions sont dans le désarroi le plus total... Mes soirées, que j’occupais par des conférences, du swing à gogo, des cinés, des spectacles, des concerts où tout simplement avec une bonne copine... une planche à tapas et un bon verre de vin... jamais de tv... peu d’écrans... rien que de l’humanité... de la vraie... avec de la joie, de la bienveillance... du partage... et rentrer... oh pas tard... je n’ai pas 20 ans... mais rentrer vers 22/23h... se doucher et être heureux de ces moments de partage... Depuis 3 ans, que je suis à Montpellier, je voulais profiter comme une adolescente qui quitte le nid familial... Cette leucémie, nous a appris à profiter de chaque instant qui nous est donné... Je disais tout le temps au moins s’il arrive quelquechose, on aura des souvenirs... Pendant tout le confinement, j’ai pensé à ce voyage en Guadeloupe que j’avais fait... à l’arrache... avec la peur au ventre car je partais seule pour la première fois de ma vie... Pendant ces soirée de couvre-feu... je suis entourée de ces photos... côté

canapé... ce cadre de mes enfants... avec nos souvenirs de NewYork... une promesse que j’avais faite à ma fille sur son lit d’hôpital... dès que possible... je l’emmènerai... là-bas... et pleurer d’émotion en voyant pour de vrai la statue de la liberté... monter en haut de "la One" et s’émerveiller du fabuleux spectacle de NYC la nuit... et puis... là... derrière... dans un dans un grand cœur un pèle-mêle avec des photos d’avant... avec un foulard... une perruque...


S’essouffler de profiter au maximum de chaque jour qu'il nous est donné de vivre... de chaque seconde qu’il nous est donné de profiter... et tant pis si on est fatigué... tant pis s’il faudra récupérer... tant pis si le ménage n’est pas fait, la vaisselle dans l’évier, le bac à linge qui déborde ou le lit en vrac ...

L’important n’est-il pas d’avoir profité de ces instants qui feront des souvenirs?... ces souvenirs qui nous font un pincement au cœur durant ces soirées de couvre feu... ces soirées où la solitude s’incruste insidieusement dans nos vies... où la peur détruit certaines âmes... ces soirées que je voulais éviter à tout prix dans ma vie d'avant, enrichie de ces moments de vie sociale que je croquais à pleines dents dès que je le pouvais... Parfois on me disait « mais quand même tu as quelque chose tous les soirs? Tu te reposes quand? Ma réponse fusait... "Je ne me couche pas plus tard que si j’étais chez moi à regarder la tv entre 4 murs..."Je répondais aussi parfois que je me reposerai quand je serai morte... je n’avais pas pensé à répondre que je me reposerai quand il y aurait les soirées couvre-feu du covid...



Pour l'invitation de mes amis pour mes 50 ans, en novembre 2019, j’avais envoyé une photo de moi qui regardait un miroir dans une église à Rome... Après ce premier demi siècle de ma vie je demandais "Que va-t-il se passer ensuite?" Personne n’aurait imaginé qu’ensuite nous serions confinés... masqués...


Dans deux semaines, j’aurai fait la première année de mon deuxième demi-siècle... j’ai l’impression qu’on vit dans un mauvais film... Que va-t-il se passer maintenant?


Je rêve de bienveillance, de partage, d’amour, de joie, de respect, de soutien... peut-être que demain, nous offrira ce cadeau de la vie... On peut rêver... après tout on ne pensait jamais que cette situation arriverait alors pourquoi pas?


Les larmes sont l'expression des mots qui ne se disent pas...


Ce soir, j’ai peur de me coucher... peur de la nuit peur de ce que demain nous apportera ensuite... mais je vais quand même me coucher avec de l'espoir dans le coeur... me dire qu'il n'y aura pas la gouvernance de la peur, que malgré tout la nouvelle génération saura se sortir de tout ça avec de belles leçons de vie qui conduiront notre monde et notre humanité vers le meilleur... Je me pose beaucoup de questions... Quel futur? Quelle sera la quantité supplémentaire de plastique des masques, des stylos à usage unique, des bouteilles de gel, du gel, des plexiglass, des visières... qui génèreront quelles maladies et quelles pollutions supplémentaires? Pour des objets que l'on voit trainer partout et qui pour certains finiront dans un coin...


Je n’ai pas de réponses mais je me pose beaucoup de questions...

Pourtant, ce soir, je garde espoir... J'essaie de ne pas regarder mon agenda, qui me rappelle ma soirée culture-swing de ce soir... accompagné de mon stage de ce week-end... avec les Swing Jammerz...

J'avance vers de nouveaux horizons... de nouveaux projets... de belles rencontres... J'espère de tout mon coeur que cette année, je pourrais participer au concours de gâteaux de Noël... et manger de la bûche au chocolat avec mes enfants.🎅🤶




Christine


252 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout